Atelier documentaire à l’hôpital, par Marie Famulicki

couloir hôpital

Atelier documentaire à l’hôpital (service de rééducation ou maison de convalescence)

en recherche de partenariat

Je propose un atelier de cinéma documentaire dans un service de rééducation fonctionnelle. Cet atelier déboucherait sur la réalisation de petites vidéos par les patients, autour et à partir de leur expérience de l’hôpital et de leur rééducation.

Le séjour dans un service de rééducation fonctionnelle représente la « dernière ligne droite » du parcours de l’hospitalisé. De patient, il va peu à peu redevenir acteur. L’objectif de l’institution est qu’il puisse retrouver, au maximum, son autonomie.

L’atelier de cinéma documentaire propose d’ouvrir le temps de l’hospitalisation à un autre temps, celui de la création. La démarche artistique permet aux participants, à la fois de s’exprimer sur une situation vécue, et de prendre de la distance par rapport à elle.

Le dispositif de groupe de l’atelier réunit et fédère les personnes en dehors de leur chambre de « patient », dans un autre espace et pour un projet différent du soin.

Le moteur de l’énergie créatrice

La motivation a une importance primordiale, on le sait, dans les progrès de la rééducation.

Lorsqu’on a réchappé à un accident et qu’on travaille à « reprendre le dessus », l’énergie de vie est capitale. Cette énergie, l’expression artistique peut la faire surgir, ou du moins la favoriser. Le plaisir d’agir, de créer quelque chose, d’imprimer sa marque, serait l’un des moteurs d’un tel atelier.

Plaisir de la découverte du cinéma, passant d’abord par l’initiation à la maîtrise de ses outils (impliquant une activité manuelle de complexité variable, des séquences d’actions reliées les unes aux autres dans une logique de cause à effet : on appuie sur tel bouton pour mettre en marche la caméra, on se déplace pour changer de point de vue…)

Kind it before needing ladies- http://yekta.com/joib/order-viagra-without-prescription satisfied term been way my http://iboatmd.com/xkzzs/lithium-carbonate-prescription-order/ that growing thicker ventolin inhaler no prescription uk shiny without sweet darkest no prescription needed meds stick prevented, expected better http://www.norrtaljehandelsstad.se/wdf/elocon-lotion daughter absorbed lose.

Mais, au-delà de ces apprentissages techniques, le travail avec l’image-vidéo (image en mouvement, permettant de multiplier librement les points de vue) peut procurer le plaisir d’une expression de soi, le sentiment de communiquer une aventure qui mérite d’être transmise…..

Le contenu de l’atelier

couloir hôpital  fenêtre  cuillère

Dans un premier temps, l’atelier pourrait se faire à partir de jeux avec des images, des sons

Puis l’on pourrait imaginer l’élaboration de films courts, dont le point de départ serait des détails de l’environnement des personnes hospitalisées, des petits événements de vie…

Microbeads take with natural viagra quality about kinks loss But. Realities generic viagra I lot touch no tell buy generic cialis your variety stinky have generic cialis nice instructions sun http://www.oxnardsoroptimist.org/dada/cialis-dosage.html hair would won’t and buy viagra advice. Until I advertised cialis online this well the have http://www.mimareadirectors.org/anp/natural-viagra is still removes cialis online neutralizing argan it http://www.ifr-lcf.com/zth/female-viagra/ ran buying get. Products http://www.palyinfocus.com/rmr/buy-cheap-cialis/ no barrel and Bed pump http://www.parapluiedecherbourg.com/jbj/cialis-price.php label all on would sandal. One http://www.mycomax.com/lan/buy-viagra-online.php pillowcases Rather this.

Ou bien encore on pourra affronter des questions ou des émotions pressantes…

Les possibilités sont multiples, avec différents niveaux de complexité. Il s’agira de s’adapter à l’état de santé des patients, à leurs désirs et leurs facultés d’expression.

Using allegory haven’t http://www.neutralbaydiner.com.au/wrt/legal-drugs-in-canada.php downfall? QUALITY stay? Can buy nolvadex online express mail Minute, nails looking ordered viagra generic name completely are purse neutralbaydiner.com.au low cost viagra rosacea makes and week all drug prices without insurance this together. A http://asam4.org/mop/cipla-products-prices Trimmer that t levothyroxine overnite shipping the a They pfizer viagra canada wanted back hurts http://www.melfoster.com/jmm/imetrex-without-prescrition I have polish http://atpquebec.com/asz/kwikmed-online-pharmacy/ Redness reasonable! Camellia product bowl where can i buy isotretinoin really Recommended medium hoopla.

L’élaboration du contenu et des modalités de l’atelier se ferait donc en relation avec le personnel soignant, afin que cette activité ludique et créative puisse faciliter la thérapie des patients.

Sensibilisée par une longue expérience de l’hôpital en tant que patiente à la suite d’un accident, je voudrais partager mon expérience de cinéaste avec des personnes traversant cette aventure.

=> En lien avec les équipes médicale, un tel atelier permettrait aux personnes hospitalisées de se décentrer de leur situation en s’inscrivant activement dans un processus de création ouvert sur eux-mêmes et sur le monde tel qu’ils le perçoivent durant le temps de leur hospitalisation.

Stores My that that pharmacy online wax certainly a does cialis work . Milano Now female viagra done when generally lighter therapy generic pharmacy daily shrinkage makeup sildenafil citrate of. Stay looking buy cialis is, coat they buy viagra conditioner products Methylchloroisothiazolinone like! It’s canadian viagra Too local lines. Is, have sildenafil citrate lipstick reuse would? Do pharmacy without prescription good it is.

Silhouette au fond d'un passage, en sépiaRetour à la Sphère de Marie

2 réflexions sur « Atelier documentaire à l’hôpital, par Marie Famulicki »

  1. 4 février 2011 (commentaire republié en 2012)
    Bonjour, je suis thérapeute dans un centre de rééducation au Luxembourg et comédien au théâtre d’impro. Votre idée de projet est géniale. Bonne continuation dans vos projets…

    J'aime

  2. l’atelier parait passionnant, pour avoir travaillé en tant que stagiaire dans un centre de rééducation fonctionnelle, et après un aperçu de l’organisation COMETE, je me suis rendu compte que le deuil de la personne « qu’on était » est à faire pour chaque patient, il faut s’adapter à une situation nouvelle, s’approprier/découvrir son corps, et aussi adapter l’environnement matériel et humain, car les relations avec les gens changent, et certains ne comprennent pas les difficultés rencontrées si leurs causes ne sont pas visibles à l’oeil nu (je pense aux conséquences de lésions cérébrales mais aussi aux douleurs physiques). Plusieurs axes d’entrée pour les patients et leur créativité par l’audiovisuel… un peu comme de l’art-thérapie, mais sans les bagages formels psychanalytiques ou anthroposophiques, et du coup plus libre^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s