Création et entraide

caméra vidéo en tournageOutre la création et l’organisation d’ateliers de cinéma documentaire, l’objectif de Cinésphère est d’être un réseau d’entraide pour la réalisation des projets de ses membres.

L’association a ainsi soutenu Corinne Sullivan pour son film Musto, l’arrière-pays (sélectionné dans de nombreux festivals), Delphine Moreau pour son film les gens du sucre, morceaux d’histoires (Figra 2013), Marie Famulicki pour son récit documentaire Hypersensibilité aérienne, et Cindy Séchet pour son film Les gens de chez moi.

L’aide qu’apporte Cinésphère à ses membres se traduit également par des partages d’information, des relectures mutuelles de textes liés à des projets, de participation à des tournages, de visionnages de pré-montages, d’échange d’idées créatives autour d’un appel d’offre, etc. Collaborer aux projets des autres permet à chacune de se confronter et de réfléchir à de nouvelles problématiques autour de l’écriture filmique, de la mise en scène, du montage…

L’association organise régulièrement des résidences d’écritures à l’intention de ses membres:

ombre au casque et à l'appareil photoLes films rêvés, parce que nous les racontons et les questionnons ensemble, se précisent et s’approfondissent. Apprendre à critiquer et écouter les projets des autres est aussi en soi un profond enrichissement.

Le collectif est alors une manière d’accélérer cette écriture, de la densifier, de l’ouvrir.
 .
Cinésphère produit également des courts-métrages documentaires autour de thèmes choisis collectivement.
Les sujets proposés doivent pouvoir prêter à un travail de fond ou/et de forme. Choisis selon les intérêts des membres du collectif, ils peuvent être pensés comme des lieux de recherche et d’expérimentation en rapport avec un projet en cours. L’idée est de pouvoir tourner quand nous le choisissons, sans dépendre des aléas et contraintes de production. De prendre plaisir à “faire” tout en travaillant avec réflexion et exigence.Deux courts métrages ont ainsi été réalisés en 2010 autour du thème collectif : LA RÉPÉTITION. Il s’agit de l’entraînement, de Oona Bijasson, et vivre son temps, de Marie Famulicki (Voir un extrait et des photogrammes du film ici).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s